home.jpg

EQUALS: Consommation d'alcool et de drogues chez les adolescents placés dans les foyers de protection de la jeunesse

Contribution de la recherche EUQUALS
Par Nina Kind, Martin Schröder, Nils Jenkel

Dans le domaine de la protection de la jeunesse, il semble que nous soyons souvent confrontés à des jeunes qui ont consommé de l'alcool et des drogues dans le passé, qui en abusent ou sont même toxicomanes. Mais à quelle fréquence cela est-il «particulièrement fréquent» - d'autres jeunes boivent et fument aussi ? Nous avons comparé la prévalence de la consommation autodéclarée d'alcool, de cannabis et d'autres drogues au cours de la vie et sur 30 jours d'un échantillon EQUALS avec un échantillon représentatif des écoles suisses.

Introduction

Faire face à la consommation d'alcool et de drogues dès l’âge de l’adolescence fait partie de la vie. Cependant, la nocivité de ces substances psychoactives peut être dangereuse. Cela inclut une probabilité accrue de développer une dépendance ultérieure, d'autres problèmes psychologiques ou somatiques ou des comportements à risque (par exemple, dans les domaines de la sexualité ou de la délinquance). Si la tâche de développement de la «prise en charge des substances addictives» n'est pas maîtrisée, il s'agit souvent même de restrictions massives et à long terme à la participation sociale. Malheureusement, cela devient très clair dans de nombreux cas lors de notre examen de suivi de Care Leavers dans le cadre de l'étude JAEL. Dans ce contexte, il est évident que les foyers de protection de la jeunesse doivent accorder une attention particulière à cette question. D'autant plus que de nombreux jeunes dans les institutions sont souvent déjà accablés par des déficiences en matière de participation. Il s'agit probablement aussi du fait qu'ils sont entrés en contact avec l'alcool et les drogues beaucoup plus fréquemment et plus tôt que leurs pairs, qui ne sont pas placés à l'extérieur de la famille. Mais est-ce vrai ? Dans quelle mesure la consommation d'alcool et d'autres drogues est-elle répandue chez les jeunes placés par rapport aux autres?

Méthode

Les évaluations sont basées sur les données de 32 institutions utilisatrices d'EQUALS et incluent 455 adolescents et jeunes adultes âgés de 11 à 27 ans qui ont été interrogés entre 2011 et 2019 sur leur comportement de consommation d'alcool, de cannabis et autres substances illégales (amphétamines, cocaïne, opiacés). Les questions sur la prévalence au cours de la vie («Avez-vous déjà... consommé ?») et la prévalence sur 30 jours («Avez-vous consommé au cours des 30 derniers jours... ?») étaient intéressantes parce que ces données pouvaient être comparées à un échantillon scolaire suisse provenant de l'étude internationale de l'OMS «Health Behaviour in School-aged Children» (HBSC ; Delgrande Jordan, Schneider, Eichenberger et Kretschmann, 2019). Ce chiffre comprend 6'573 élèves de 11 à 15 ans des écoles publiques suisses.

Résultats

Dans l'échantillon des jeunes placés, 40 % des jeunes de moins de 13 ans ont déjà consommé de l'alcool une fois dans leur vie, et 86 % des jeunes de 15 ans l'ont déjà fait. Les élèves sont légèrement plus faibles avec respectivement 37% et 69%. Il y a des différences beaucoup plus grandes dans les chiffres de prévalence de la consommation de drogues illégales au cours de la vie. Par exemple, 71 % des jeunes de 15 ans placés dans les services de protection de la jeunesse ont déclaré avoir consommé du cannabis au moins une fois dans leur vie, alors que seulement 22 % des écoliers l'ont fait. L'écart est encore plus net pour les autres substances (amphétamines, cocaïne, opiacés). Dans l'échantillon EQUALS, 28 % des jeunes de 15 ans sont déjà entrés en contact avec eux, contre 2 % pour les élèves.

Pour ce qui est de la prévalence de l'alcool pendant 30 jours, il n'y a pas de différences visibles entre les deux échantillons. Elle augmente de façon similaire entre 13 et 15 ans (19-41% dans l'échantillon des jeunes placés contre 14-44% chez les élèves). En ce qui concerne la consommation de cannabis, la différence est à nouveau claire. Dans l'échantillon des jeunes placés, il passe de 8 à 34 % entre 13 et 15 ans, et de 0 à 11 % chez les élèves. En ce qui concerne les autres drogues illégales (amphétamines, cocaïne et opiacés), 15 % des jeunes de 15 ans des foyers de protection de la jeunesse placé ont déclaré en avoir consommé au cours du dernier mois, et aucune donnée directement comparable n'est disponible pour les élèves.

Jusqu'à présent, seuls les chiffres relatifs aux groupes d'âge pour lesquels des comparaisons claires entre les échantillons sont possibles ont été communiqués. Dans la visualisation des résultats globaux, vous trouverez également les prévalences pour les adolescents plus âgés et les jeunes adultes de l'échantillon.

Observations finales

Déjà dans le test de modèle MAZ. (Schmid et al., 2013), les troubles liés aux substances figuraient parmi les diagnostics cliniques les plus fréquents chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes examinés dans les foyers de protection de la jeunesse placés. Ces résultats viennent s'ajouter au fait que les jeunes placés en foyers consomment des substances plus fréquemment et plus tôt que leurs pairs qui ne sont pas placés en dehors de la famille. Dans le cas de l'alcool, les différences par rapport aux élèves de cet échantillon semblent plutôt faibles, mais elles sont d'autant plus évidentes pour les autres drogues : en comparaison, on en trouve beaucoup plus dans les institutions de protection de la jeunesse, qui avaient déjà expérimenté non seulement le cannabis mais aussi les drogues «dures» à un très jeune âge. Ainsi, lorsque nous demandons si la consommation d'alcool et de drogues chez les jeunes placés devrait être considérée comme une question particulièrement importante, la réponse est oui. Et si l'on veut que les enfants et les adolescents qui consomment de la drogue aient la meilleure participation sociale possible, il faut alors, dans la pratique, envisager aussi bien la prévention primaire et secondaire que la prévention tertiaire de la consommation de substances nocives et de la dépendance.
 

Visualisation des résultats globaux

 

logo equals