home.jpg

Une interface entre les milieux professionnels et le Domaine travail social de la HES-SO

La Commission tripartite romande (ci-après la Commission) a été créée dans les années 1980 pour assurer la coordination de la formation pratique des étudiant•es provenant des quatre Écoles supérieures de travail social de Genève, Givisiez, Lausanne et Sion avec des représentant•es des employeurs et des employé•es des institutions de Suisse romande qui recevaient les stagiaires ou engageaient les étudiant•es en emploi. Depuis, ces écoles sont devenues des HES et la Commission s’est élargie à l’ensemble des champs du travail social. Dans les années 2010, elle s’est constituée en association. Les membres sont principalement des organisations faîtières ou des institutions du social et de santé-social concernées par les enjeux de formations.

Aujourd’hui, cette Commission discute de projets impliquant le Domaine travail social de la HES-SO avec les milieux professionnels. Ces derniers sont consultés sur les développements d’importance du Domaine comme par exemple la révision des plans d’études des filières de Bachelor et de Master en travail social. Des informations sont données sur divers programmes de recherches conduits par le Domaine. Plus récemment nous avons développé un espace plus interactif entre la pratique, l’enseignement et la recherche.

Pour illustrer ce dernier propos, nous nous référons à la manière dont nous avons traité plusieurs thèmes ces dernières années. A chaque fois nous avons veillé à faire interagir les membres de la Commission avec des chercheuses et chercheurs de la HES-SO.

Sur le thème du vieillissement, à partir de données démographiques montrant le vieillissement de la population présentées par une chercheuse, nous insistions sur les impacts de ces projections pour le social, le médical, l’économie et la politique. Cela mettait en lumière l’importance pour la recherche, l’enseignement et la pratique de la considération de cette thématique. Comment nos hautes écoles développent cette thématique dans leurs enseignements et dans la recherche ?

Lors d’une présentation des politiques de l’enfance et de la jeunesse d’un canton romand, un constat était fait concernant la mise en pratique des droits de l’enfant. Pour les acteurs interrogés, la participation des enfants aux objets qui les concernent est volontiers déclarée mais dans les faits, elle est faible ou mal comprise. Comment, à partir de ce constat et de cet échange, la participation est-elle intégrée dans les programmes de formation ?

Les enjeux de l’innovation en travail social ont été mis en perspective au travers d’un cadrage théorique et de la présentation d’un projet innovant au sein d’une institution membre. L’objectif de la démarche présentée consistait à proposer un suivi social mieux adapté aux besoins des bénéficiaires, en favorisant un accueil agile. Dans la discussion qui a découlé de ces présentations, comment la science peut-elle accompagner de telles démarches pour valoriser ces résultats empiriques auprès d’autres acteurs et pour permettre à d’autres de s’en inspirer ?

Finalement, fin 2019, le comité de la Commission initiait un thème autour de la numérisation dans le travail social. L’année 2020 à peine commencée, nous basculions dans la crise sanitaire et le semi-confinement. Lors de notre séance de novembre dernier, nous nous sommes penché•es sur les impacts de la numérisation dans l’accompagnement social. Dans un World Café réalisé à distance, nous avons échangé sur les opportunités, risques et expériences des outils numériques employés durant cette année. Cette séquence a été ponctuée par une mise en perspective théorique de professeur•es de la HES-SO. Au final, nous mettions le doigt sur le besoin en formation en la matière, tant du personnel des institutions, des étudiant•es que des enseignant•es.

Au travers de ces exemples nous souhaitions montrer l’importance que donne cette Commission au dialogue entre les milieux professionnels et représentant•es du Domaine travail social de la HES-SO. Nous n’apportons pas de réponses aux nombreuses questions qui se posent, mais nous favorisons un dialogue nécessaire entre ces acteurs pour comprendre au mieux les réalités des uns et des autres.

 

 

olivier grand

Auteur, Olivier Grand au nom du comité  : 

Albasini Line, HévivA
Baumgartner Verena, INSOS
Eigenheer Sybille, Hospice général (présidente)
Grand Olivier, HES-SO
Haldimann Loïc, AvenirSocial Vaud
Métral Lorène, Integras