fremdplatzierung.jpg

Care leavers : transition directe du dispositif d'aide vers une vie indépendante?

Les care leavers sont des jeunes qui sortent de structures éducatives résidentielles ou de familles d'accueil dans lesquelles ils ont passé une partie de leur vie, pour entamer un parcours vers une vie indépendante. Le passage vers la vie d'adulte est parsemé d'obstacles structurels.

La durée du soutien est fortement limitée et l'octroi de mesures d'accompagnement dans d'autres systèmes d'aide est incertain. Le parcours des jeunes adultes vers l'indépendance – et également de ceux qui grandissent au sein de leur famille d'origine – ne s'arrête cependant pas le jour de leur 18e anniversaire ;  il se caractérise souvent par des „détours“, des „boucles“ et des incertitudes. Les care leavers ont d'autant plus besoin que la durabilité des mesures éducatives et de formation soit assurée par la préparation de transitions ainsi que par la mise à disposition d'un suivi approprié et d'offres de soutien.
Dans son exposé présenté lors du colloque annuel 2015 de l'organisation Pflegekinder-Aktion Schweiz consacré au thème des care leavers en Suisse et à la question de leur prise d'indépendance par rapport à la famille („Care Leaver in der Schweiz. Der Familie entwachsen?“), Severine Thomas de l'Université de Hildesheim (Allemagne) a approfondi cette question. À l'âge de 18 ans, la plupart d'entre eux sont en cours de formation et ne bénéficient que rarement d'une aide financière de la part de leur milieu privé. Ainsi, en sortant des structures éducatives, ils restent souvent dépendants de prestations publiques. Dans son projet en cours intitulé „Rechte im Übergang – Die Begleitung und Beteiligung von Care Leavern“ [Droits en transition – Accompagnement et participation des care leavers], Severine Thomas a interrogé ce groupe au sujet de ses expériences. Les interviews qu'elle a réalisés ont permis de dégager les pistes de solutions suivantes selon le point de vue des care leavers:

  • Il ne faudrait pas entamer parallèlement plusieurs processus de transition (p. ex. logement et travail)
  • La participation au sens de la responsabilité personnelle et de l'autodétermination devrait être davantage encouragée
  • Un besoin de renforcement des réseaux et d’élargissement des offres de groupes
  • Il faudrait permettre des transitions réversibles et flexibles lorsque les jeunes sortent des structures éducatives
  • Il s'agit de créer des lieux de retour
  • La formation en tant que tâche de l'aide éducative devrait être mieux réalisée (p. ex. cours d'appui visant à améliorer les notes, soutien à ceux qui souhaitent obtenir une maturité et/ou faire des études). Sinon le statut social des care leavers est déterminé par leur  « origine » (négativement connotée)
  • Les départs devraient être préparés ; il faudrait « apprendre à quitter »
  • Faciliter et maintenir les liens: institutionnaliser le travail des anciens ainsi que les parrainages
  • Les facteurs clés du point de vue des care leavers sont: continuité relationnelle, marges de manœuvre, sécurité économique

Afin de pouvoir proposer un accompagnement approprié aux care leavers et préserver leurs acquis en termes de développement, il est nécessaire de promouvoir des offres structurelles de soutien. Les care leavers doivent bénéficier d'une écoute dans le processus de transition et être associés à l'aménagement des offres.